Suite en couleurs

pli092.jpgpli085-bis.jpg pli0841.jpg dsc04231.jpg

Les gammes transpositrices de couleurs

Dans certains drapeaux nationaux, où les couleurs se présentent en trois bandes verticales, on peut lire une certaine conception résumée de l’arc-en-ciel.
Le drapeau français, avec ses bleu, blanc, rouge, en fournit un bon exemple.
Techniquement, le spectre visible, différent pour chaque personne, s’étend de l’ultraviolet à l’infrarouge.
Dès que l’on passe une frontière, le drapeau change et on peut penser que c’est un peuple entier qui partage une vision spécifique des couleurs.
L’idée force est de ne pas considérer les couleurs individuellement – c’est la méthode tonale – mais dans leur lien avec les couleurs voisines. C’est la méthode « modale », dont la musique indienne offre un équivalent sonore.

C’est cela, la méthode transpositrice par gammes.

On ne peut envisager les couleurs sans prendre en compte leurs « valeurs », leur « densité » ou équivalence de gris. C’est une autre méthode pour regrouper les teintes sur sa palette et une autre façon d’envisager les transpositions.
Un exemple permet de préciser la question : certains coloristes négligent, par tempérament, de tenir compte des valeurs dans leurs tableaux. Ils n’ont pas appris à cligner de l’œil. Le résultat est que les photos en noir et blanc de leurs œuvres sont parfois illisibles.
A l’inverse, les peintres graveurs, qui sont sensibles à la fois aux couleurs et aux valeurs évitent de tomber dans le piège.

Choisissons un motif pictural harmonieux, une photographie, par exemple et, pour faciliter les choses, définissons sur sa surface pas plus de six teintes de gris, allant du plus clair au plus foncé. C’est une méthode que l’on emploie en cartographie pour rendre plus lisibles certains contrastes en les accentuant.
Choisissons à présent une gamme de six tons, harmonieux tant en valeurs (contrastes) qu’en couleurs et échangeons les gammes. Les résultats, imprévisibles, sont surprenants de beauté. On entre dans un autre monde, qui n’est plus naturaliste, et ou les combinaisons n’ont pas de fin.

Pour ceux qui souhaitent tourner le dos à la peinture, on peut se contenter de varier de degré en degré l’eau du bain photographique ou préférer carrément le négatif au positif.

pli0871.jpg pli086.jpg pli0851.jpg

pli088.jpg pli088-bis.jpg

pli089.jpg pli089-ter.jpg pli089-bis.jpg

pli090.jpg pli090-bis.jpg pli090-ter.jpg

pli091.jpg pli091-bis.jpg pli091ter.jpg

pli092.jpg pli092-bis.jpg

pli093.jpg pli093-bis.jpg

pli094.jpg pli094bis.jpg pli094-ter.jpg pli101.jpg dsc04226.jpg

dsc04232.jpg

pli095.jpg pli095-bis.jpg pli095-ter.jpg

pli096.jpg pli096-bis.jpg pli096-ter.jpg

pli098-bis.jpg pli098.jpg pli098-ter.jpg

pli097.jpg pli097-bis.jpg pli097-ter.jpg

pli099.jpg pli099-ter.jpg

dsc04228.jpgpli099-bis.jpg

pli100.jpg dsc04229.jpg pli100-ter.jpg

dsc04225.jpg

dsc04227.jpg


dsc04230.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :